Skip to content

Advance information (updated)

April 21, 2009

To spare you the trouble, and prevent MPR from lapsing into an Algeria blog, here are the results of the June 6, 2009 Mauritanian presidential elections:

Winner:

MAURITANIA-POLITICS-COUP-AZIZMohamed ould Abdelaziz. The leader of the 2008 coup against President Abdellahi, and strongman of ever since. He recently resigned from the junta just to run in the elections, but only an idiot would believe that he has truly cut ties with it. The original plan following the coup was to hold elections quickly and resume business as usual. However, strong foreign and domestic resistance has prevented the legitimization of his rule, and by now opposition to junta-rigged elections is such that this might in fact aggravate the crisis. Gen. Abdelaziz has shown himself an expert at coups — both suppressing them (2003, 2004) and organizing them (2005, 2008) — but distinctly less agile as a politician. Nevertheless, even he can win an election organized by himself and boycotted by the opposition.

Also-rans:

imsIbrahima Mokhtar Sarr. Leader of AJD/mr, a Peul-majority party representing the grievances of the South and more particularly the personal ambition of Mr. Sarr. Last time he ran, Sarr, a veteran Black Nationalist, scored 8% in the first round of the 2007 elections. His personal following should guarantee him something similar this time, and then — even if the mainstream opposition will boycott — there might be a a significant add-on for not being Gen. Abdelaziz. But note that Sarr has been in favor of the coup since day one.

khbKane Hamidou Baba. Defector from the RFD, Ahmed ould Daddah‘s party. The RFD was pro-coup (in alliance with AJD/mr), but soured on the thought of elections once it dawned on Daddah that the military wasn’t interested in helping him win. RFD Vice President Kane Hamidou Baba was then kicked out once it became clear he was allying himself with the army and wanted to present himself in the elections. I don’t know how big a chunk of the party he brought with him, but it won’t be enough to let him win, had that ever been anyone’s intention. Oh, and he once blogged.

—   —   —

So, three candidates. Have there ever been this few people running in a Mauritanian presidential election before? (Except the single-candidate ones back in Mokhtar ould Daddah’s day.) There’s a little bit of time left for others to sign up, but I guess this looks like Abdelaziz is gearing up for a first-round victory. Can’t honestly see how something so blatantly fraudulent will help solve his legitimacy problem.

UPDATE (I): Taqadoumy, whose correspondents in good journalistic fashion sat outside the gates until the registration deadline had passed, tells us that three others found time to file last-minute candidacies, and Tahalil confirms their names. The names of the three are:

– Sghaïr ould M’Bareck, a former prime minister under President ould Tayaa, from 2003 until the 2005 coup. He is also the only Hartani (ex-slave/”black Moor”) candidate, formerly with a background in the el-Hor emancipation movement (from which, famously, opposition leader Messoud ould Boulkheïr launched his career). Since then, a persistent hanger-on apparatchik who has managed to attach himself to three successive, mutually hostile administrations: ould el-Tayaa, Abdellahi and now Abdelaziz.

– Isselmou ould el-Mustapha, chief of a microscopic party (Parti de la convergence démocratique, no seats in parliament) who ran in 2007 as well and scored 0,24%. But hey, quitters never win, and winners never quit.

– Sidi Mohamed ould Ghaouth (who according to the scrupulous staff of Taqadoumy arrived one minute late) is some random guy working in the port office of Nouakchott. My prediction is he will be working there in July 2009 as well.

UPDATE (II): The last two were rejected for filing deficient candidacy applications.

2 Comments leave one →
  1. Tidinit permalink
    April 22, 2009 17:20

    Thanks Alle,

    There are indeed 3-5 more candidates, including the last former Prime Minister of Ould Taya. All in support of Ould Abdelaziz against some cash people seem to believe. For instance One of the candidates Mister Ibrahima Mokhtar Sarr seems to have suddeltly gotten awash with $$: he was late in paying his rent of his very modest house for more that 6 months and all of sudden paid the landlord debt cash and bought a nice villa near the first PM of Sidi Ould Cheikh Abdallahi (Zeine Ould Zeidane) at around US$140,000. Where this sudden money is coming from? Certainly the General or Gadhafi. He should have more as he needs money to do his campaign.

    So he is helping the General and at the same time fixing his “poverty” problem until he sees clear what to grab next. Certain that all other candidates were helped “financially” to run the General’s mock election in June 2009.

    But, but and but: the opposition has taken over today or last night the premises of the Assembly for an indefinite time. They will not give up as they have nothing to lose. On the legal side, they will be using as hell the legal opinion below fom a seasonned constitutional lawyer. This legal opinion can be used anytime against someone taking power in Africa through force. Those who can read French should read it. It is quite long, but worth reading. As Alle has said, El General has trapped himself in his own game and no one can help him, including Sarkozy, Gadhafi and even Wade who is trying to outsmart everybody to support the General and his backers, which everyone still believe is the Françafrique. I do believe that the US is supporting the opposition. Obama and Sarko are meeting on 7 June in Paris, one day after the General is elected. In the meantime the African Union will say no, particularly the Anglophone Heads of State as their Francophone peers are playing some wait and see attitude. It is not over yet.

    Tidinit.
    =============

    Les deux constitutions / Pr Mohamed Mahmoud O. Mohamed Saleh
    22-04-2009

    (A propos de la Décision du Conseil Constitutionnel du 15 avril sur la vacance du poste de Président de la République)

    Les décisions du Conseil Constitutionnel mauritanien sont assez rares pour ne pas susciter l’intérêt des juristes. Celle rendue, le 15 Avril, concernant la vacance du poste de Président de la République ne peut que retenir leur attention, non seulement en raison de…

    …son objet qui porte sur la question qui est, directement ou indirectement, au cœur de la crise politique qui secoue notre pays depuis le Coup d’Etat du 6 Août dernier mais aussi par les choix qu’elle présuppose ou implique.

    Pour en dégager la signification et en apprécier la valeur et la portée, je commencerai d’abord par un rappel succinct des données du problème soumis au conseil constitutionnel. J’aborderai ensuite la réponse que celui-ci y a apportée avant de terminer par ses conséquences.

    1°)-Rappel succinct des données du problème

    Le Président du Haut Conseil d’Etat, qui dirige la Mauritanie depuis le Putsch, décide de démissionner pour se présenter à l’élection Présidentielle prévue par la même instance, le 6 Juin prochain, et veut confier l’intérim de la fonction de Chef d’Etat au Président du Sénat, en plaçant cette deuxième phase sous la bannière de la constitution. Celle-ci dispose, dans son article 40 qu’ «en cas de vacance ou d’empêchement déclaré définitif par le Conseil Constitutionnel, le Président du Sénat assure l’intérim du Président de la République pour l’expédition des affaires courantes». Pour constater la vacance où l’empêchement définitif, son article 41 prévoit, de son côté, que le Conseil Constitutionnel est saisi soit par le Président de la République, le Président de l’assemblée Nationale ou le Premier Ministre. Par une lettre en date du 15 Avril, le Premier Ministre du Gouvernement nommé par le Haut Conseil d’Etat demande au Conseil Constitutionnel de «bien vouloir s’assurer de l’existence des éléments d’un cas de vacance du poste de Président de la République, tout en déclarant le cas d’urgence».

    Etait-ce suffisant pour que le Conseil Constitutionnel décide qu’il y a vacance et que le Président du Sénat assure désormais l’intérim du Président de la République ?

    Répondre par l’affirmative serait évacuer, un peu rapidement, le problème central : l’article 40 de la constitution se réfère à la vacance ou l’empêchement du Président de la République, c’est-à-dire du Président élu, lequel a prêté serment devant le même conseil constitutionnel, le 19 Avril 2007 et dispose aux termes de l’article 26 de la constitution d’un mandat de cinq ans.

    Ce même Président élu est en vie et n’a pas démissionné. Il n’a pas non plus été destitué par la Haute Cour de justice pour haute trahison, en application de l’article 93 de la Constitution. Or le décès, la démission et la destitution par la haute Cour de Justice sont le seuls cas de vacance jusqu’ici connus. Certes, l’article 40 de la Constitution prévoit que «l’empêchement définitif» du Président de la République, constaté par le Conseil Constitutionnel peut également ouvrir la période de l’intérim assurée par le Président du Sénat. La notion d’empêchement définitif n’est pas définie par la Constitution. Pour la majorité de la doctrine Constitutionaliste, elle recouvre essentiellement le cas de maladie qui «entraînerait une incapacité physique ou intellectuelle d’exercer les fonctions» ou celui de «l’absence injustifiée». D’autres cas, sont, il est vrai, envisagés par certains auteurs.

    Le problème n’a toutefois, en l’espèce, qu’une portée théorique, puisque le Conseil Constitutionnel n’a été saisi par le premier ministre que pour constater «un cas de vacance» et non «un cas d’empêchement».

    Pour ce faire, pouvait-il éluder le fait que le Président élu pour cinq ans est libre et revendique encore son titre à exercer le pouvoir ?

    Telle est la question qui, quoique non expressément soulevée devant le Conseil Constitutionnel, n’en conditionnait pas moins les termes dans lesquels le problème de la vacance se pose.

    2°)-La réponse apportée par le conseil constitutionnel

    Comme toute décision juridictionnelle, celle rendue par le conseil constitutionnel, le 15 Avril, (voir le texte de la décision publié in Horizons n° 4968 du Jeudi 16 Vendredi 17 et Samedi 18 Avril 2009) comporte des visas (c’est-à-dire une partie où sont mentionnés les références aux textes que le conseil constitutionnel considère comme nécessaires au soutien de sa décision), des motifs (c’est-à-dire les raisons de fait ou de droit qui commandent la décision et que le Conseil indique comme l’ayant déterminé à se prononcer comme il l’a fait) et enfin, le dispositif (c’est-à-dire la partie finale qui contient ce que le Conseil à décidé).

    Intéressons-nous d’abord aux visas de la décision du 15 Avril. Le Conseil Constitutionnel y fait référence à la fois à la Constitution et notamment à son article 41 et, de façon inattendue, aux ordonnances du Haut Conseil d’Etat qu’il élève à la dignité constitutionnelle.

    Cette double référence pose en elle-même problème. Le Conseil Constitutionnel tient ses pouvoirs et sa raison d’être de la seule constitution approuvée par voie référendaire par le peuple. Il ne peut normalement considérer comme constitutionnelles que les seules règles consacrées par ce texte ou les règles ayant acquis cette valeur en vertu d’un mécanisme prévu par le même texte. Or il n’y a pas, dans l’actuelle constitution de mécanisme permettant de traiter les ordonnances émanant du Haut Conseil d’Etat, comme des règles constitutionnelles. Le fait que l’une d’elle (celle du 13 Août 2008) ait été approuvé par le Parlement ne lui confère pas le statut de règle constitutionnelle, cette approbation n’ayant pas emprunté la voie prévue par la constitution (la procédure de révision des articles 88-99 à 101) à cet effet. Au total, le Conseil Constitutionnel a érigé en règles constitutionnelles les ordonnances du Haut Conseil d’Etat, du seul fait que ces ordonnances existent et se donnent comme textes de valeur constitutionnelle.

    Il a transformé, sans explication aucune, des règles édictées par une autorité de fait en normes équivalentes des normes de la Constitution.

    Ce glissement du fait au droit, perceptible dans les visas de la décision, se renforce dans les motifs de celle-ci. En effet, pour constater ce qu’il appelle la «vacance effective au plus haut poste de l’Etat», (Notons au passage que l’article 40 de la Constitution n’utilise pas une telle terminologie. Il vise simplement les cas de «vacance»), le Conseil Constitutionnel se contente de la déduire de l’ordonnance n° 001/2009 du Haut Conseil en date du 15 Avril, qui met fin «aux pouvoirs provisoires du Haut Conseil d’Etat» qui se rapportent à l’exercice de la fonction de Chef d’Etat.

    Ce motif éclaire bien la démarche des juges. Celle-ci commence par l’affirmation péremptoire du caractère constitutionnel des ordonnances du Haut Conseil d’Etat, se poursuit par la reconnaissance de la substitution du Haut Conseil d’Etat au Président élu, (opérée par l’ordonnance du 13 Août 2008) et se termine notamment par le constat de la vacance consécutive à l’ordonnance du 15 Avril 2009 du HCE, qui a réduit les pouvoirs de ce dernier du fait de la démission de son Président.

    Du Président élu, il n’est nulle part question. Le Conseil Constitutionnel a soigneusement évité de faire référence, dans les visas de sa décision à l’article 26 de la Constitution, selon lequel, celui-ci est élu pour un mandat de cinq ans. Un auteur passé, aujourd’hui, de mode disait que «l’humanité ne se pose que les problèmes qu’elle peut résoudre». En écho, le conseil constitutionnel a évacué le problème juridique central qu’il n’avait manifestement pas envie d’affronter.

    Je terminerai ce point par une observation complémentaire sur un motif que l’on pourrait qualifier de «surabondant», puisqu’il vient après que le conseil constitutionnel ait constaté «la vacance». Celui-ci affirme in fine ; «vu que les conditions générales du pays depuis le 6 Août ont un caractère exceptionnel qui exigent qu’elles soient traitées avec une grande sagesse, et responsabilité…». Cet attendu évoque plus les leçons de morale que les prescriptions juridiques. Or le rôle d’une juridiction, c’est d’abord (avant de faire la morale ou la politique) de dire le droit. Telle est en effet la mission de tout Juge.

    Il est vrai que le Conseil Constitutionnel continue son attendu en ajoutant que la responsabilité et la sagesse passent par «l’application de la règle appelant à faire prévaloir les avantages et à éviter les méfaits, règle très connue dans la Chariaa islamique qui est notre unique source de loi, selon le Préambule de la Constitution surtout s’il s’agit de l’apport d’un avantage et de l’éloignement d’un méfait à caractère public».

    Personne ne contestera que la règle à laquelle le Conseil Constitutionnel fait ici référence est bien une règle de notre droit constitutionnel pour la raison qu’il a indiquée. La question qui se pose est celle de savoir si elle a été correctement appliquée. En effet, la mise en œuvre d’une telle règle suppose des appréciations d’opportunité et notamment une évaluation objective des effets positifs et négatifs de la décision à prendre et de ses conséquences. Or sur ce terrain, aussi, la décision précitée prête le flanc à la critique.

    3°)-Les conséquences (ou le bilan coûts – avantages) de la décision du 15 avril

    La première des conséquences de la décision du Conseil Constitutionnel est d’installer l’incohérence au sommet de la hiérarchie des normes. On pensait avoir une Constitution mais on apprend qu’il en existe en fait deux : celle approuvée par le peuple et celle constituée par les ordonnances du Haut Conseil d’Etat sans que le Conseil Constitutionnel ne fournisse la raison juridique de cette dualité constitutionnelle ni la logique de l’articulation de ses normes. Mieux, au fil du raisonnement suivi, on découvre que la deuxième Constitution éclipse partiellement la première, qui se trouve instrumentalisée par elle. Est-ce un bienfait ou un méfait, un avantage ou un inconvénient?

    La deuxième conséquence est le risque d’instabilité institutionnelle chronique inhérent à la constitutionnalisation de tout coup d’Etat. En effet, le message que tout auteur potentiel de putsch, percevra à travers la décision du 15 avril est à peu près le suivant : Réussissez votre coup d’Etat, vos actes se verront élevés à la dignité constitutionnelle et se substitueront même aux règles de la Constitution. De ce point de vue, cette décision ne rend aux autorités actuelles qu’un service provisoire puisqu’elle contient en germes la reconnaissance de la constitutionnalité de celles qui réussiraient éventuellement à les évincer et de celles qui viendraient après celles-ci, etc.

    Bienfait ou méfait ?

    Mais pour faire un bilan avantages-inconvénients objectif, on se doit aussi d’envisager les conséquences de l’alternative à la décision du 15 Avril. Que se serait-il passé si le conseil constitutionnel avait décidé de s’en tenir à la constitution, en répondant, comme il se devait, que l’article 40 concerne le président élu et qu’en l’absence de la preuve de son décès, de sa démission ou de sa destitution par la Haute Cour de justice pour haute trahison, il ne peut pas constater la vacance?

    Le Haut Conseil d’Etat aurait simplement désigné en son sein un remplaçant de son président démissionnaire et aurait continué son processus (avec ses propres instruments juridiques) mais sans la constitutionnalisation du Coup d’Etat.

    Les mauritaniens auraient de leur côté commencé à reprendre confiance dans la capacité de leurs institutions (ou au moins l’une d’elle, en l’occurrence le conseil constitutionnel) à remplir les missions qui leur sont imparties et à résister aux tentatives d’instrumentalisation des pouvoirs politiques. Or cette considération est essentielle. C’est par des institutions crédibles qu’on construit à la fois l’Etat et la démocratie. Où sont alors les méfaits redoutés par le conseil constitutionnel dans sa décision précitée?

    Qu’on le veuille ou non, il est nécessaire d’avoir des règles qui fondent aux yeux de tous une fois pour toutes, l’autorité et en assurent la stabilité. Ce serait, cette fois, un bienfait incontestable. Mais cela ne se fera que par le concours de tous : forces politiques, société civile, simples citoyens mais aussi… juges. L’Etat de droit ne s’est jamais imposé sans l’apport des juges. Aux Etats-Unis, le tournant décisif a été, au début du XIXe siècle (en 1803), constitué par la célèbre décision de la Cour Suprême, rendue sous la présidence du juge Marshall, déclarant nulle une loi fédérale contraire à la Constitution «Loi fondamentale et suprême de la nation» ; en France, c’est le Conseil Constitutionnel (qui a les mêmes attributions que le nôtre) qui, à partir de 1971, a été à l’origine de la jurisprudence des «libertés et droits fondamentaux» qui s’est imposée à tous, Exécutif et Législatif, et qui a pénétré toutes les branches du droit.

    Plus près de nous, au Sénégal, il est arrivé qu’un juge démissionne pour ne pas avaliser une situation qu’il ne pouvait modifier. C’est ce qu’a fait, au lendemain de l’élection présidentielle de 1993, le juriste Kébe M’Baye, fraîchement nommé Président du Conseil Constitutionnel sénégalais. Ce fait a eu son importance dans l’évolution qui a conduit à l’alternance, en 2000.

    Pour revenir à la situation mauritanienne, il faut comprendre que ça n’est pas un hasard si les partenaires de la Mauritanie ont proposé un dialogue inclusif auquel le Président élu pourrait à côté de l’ensemble des acteurs politique prendre part et apporter sa caution à l’accord qui en résulterait. L’explication en est que si les données de fait sont, aujourd’hui, complexes, le respect de la Constitution (et notamment de son article 26) requiert qu’il y ait consentement du Président élu à ce qui serait convenu par tous.

    Il ne s’agit pas de jouer une partie de la Mauritanie contre une autre, mais de parvenir à une solution consensuelle, dans laquelle, chacun fait les concessions que la situation impose. Cela serait plus proche de «la responsabilité et de la sagesse» et d’un autre précepte de l’Islam, celui qui recommande la recherche du consensus. La décision du conseil constitutionnel aide-t-elle à aller dans ce sens? Rien n’est moins sûr.

    Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Saleh
    Professeur des Facultés de Droit – Avocat

    Le Calame n°684, du mardi 21 avril 2009

Trackbacks

  1. Agreement in Mauritania? « Maghreb Politics Review

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: